L’effet domino

Par Clémence 4 novembre 2016

Partager cet article :

Affiche Rifle Paper

Affiche Rifle Paper

Si je devais choisir un mot pour décrire la ville, ce serait celui-ci: solidaire. Je m’explique. Quand je suis revenue vivre à Saint-Nazaire il y’a bientôt 2 ans, j’étais assez inquiète sur mon devenir en bien des domaines: social, professionnel, amical… Et il a suffi que je rencontre 2, 3 personnes pour que l’effet domino se mette en place. D’une rencontre, j’ai pu en faire 10 par la suite et la notion de réseau ici n’est vraiment pas vaine.

Pourtant j’ai vécu dans de grandes villes, travaillé pour de grands groupes mais jamais je n’avais connu cette facilité d’échanges dans les rapports humains. Il y a un lieu à Saint-Nazaire qui est pour moi la parfaite illustration du propos: le Carré Coworking. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit comme son nom l’indique d’un espace de travail partagé, on peut y venir pour la journée ou sur le plus long terme. J’y vais régulièrement et ce qui est incroyable c’est que nous, les coworkers, travaillons tous plus ou moins ensemble aujourd’hui. Nous avons réussi à faire s’imbriquer nos spécificités, nos métiers, pour nous entraider et favoriser le développement de nos entreprises respectives. Et pourtant à la base, nos activités sont bien différentes, il y a des développeurs web, une personne spécialisée en communication politique et corporate, une graphiste, une rédactrice… Nous sommes désormais une petite chaîne qui croit de plus en plus et participons ainsi à créer une dynamique placée sous le signe de l’entraide et pas seulement du gain puisque certains proposent de prêter main forte de manière bénévole (dédicace à Julien qui bosse sur la refonte du blog pendant ses week-end). On boit même souvent parfois des coups ensemble.

img_9157

J’ai pris l’exemple du Carré Coworking mais j’aurai pu en citer d’autres, ne serait-ce qu’avec la création du Réseau des Entrepreneuses Nazairiennes (Article à lire ici) qui a justement vocation à faire profiter de « l’effet domino ». Je publie ce petit article parce que j’ai récemment discuté avec une personne un peu isolée et qui a du mal à croire qu’elle puisse se recréer un réseau ici aujourd’hui. Je lui ai assuré qu’il suffisait pourtant parfois de se rendre à un événement pour que les choses se décantent. Ce n’est bien sûr pas une règle absolue, il faut aussi savoir saisir les opportunités, sortir de chez soi mais ce qui est certain c’est qu’à Saint-Nazaire, on est solidaire et ce n’est pas la devise de la ville qui nous dira le contraire: « Elle ouvre et personne ne ferme » 😉 Bref, je tiens à rassurer les inquiets, tout va bien se passer même si cela peut prendre du temps!
Quant aux pessimistes, râleurs et défaitistes qui pensent que vivre ici s’apparente à un goulag, je les invite à réviser leur histoire et à cesser de se créer de faux comptes Twitter dans l’espoir de me faire plier sous le poids de l’amertume et des désillusions. Vous n’aurez pas mon enthousiasme. Pire, j’en remettrai une couche  🙂

img_9156

 

Partager cet article :

Autres publications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les audacity awards | la nazairienne 17 novembre 16 15:06:46

[…] seules puisqu’entourées par notre « bande » (j’en parlais un peu ICI) constituée en grande partie d’entrepreneurs Nazairiens et dont certains concourraient […]