PARIS VS SAINT-NAZAIRE, partie 1

Par Clémence 24 septembre 2016

Partager cet article :

19ba506b-66f0-4cbc-a78e-3c2453d0021a

Le 13 octobre prochain, je suis invitée à intervenir à Paris lors d’une soirée organisée par Nantes/Saint-Nazaire Développement sur le thème des « audacieux ». Il y sera question de l’entreprenariat et ainsi inciter des chefs d’entreprises, des porteurs de projets à installer leur activité sur notre territoire. J’ai quitté Paris il y a moins de 2 ans et voilà que j’y retourne pour parler de mon petit parcours des derniers mois écoulés avec en prime la chance de voir les affiches réalisées avec Anaïs Marchais exposées dans le lieu qui nous accueille! Je suis partie du 11e arrondissement de Paris avec un petit pincement au coeur et je trouve cela presque symbolique d’y revenir avec une touche Nazairienne sous le bras.

capture-decran-2016-09-24-a-15-57-30

Donc. A la fin de l’année, cela fera 2 ans que je suis installée à Saint-Nazaire après une dizaine d’années passées à Paris (et à Londres aussi mais ce sera pour une autre histoire). Même si je suis provinciale à la base -j’ai grandi dans la région-, il m’a fallu un petit temps de réadaptation à la vie en bord de mer. Aujourd’hui, on me demande toujours si je ne regrette pas Paris et je perçois toujours un peu de surprise, pour ne pas dire d’effarement, quand j’affirme ne pas regretter mon choix. Je n’aime pas trop parler de moi mais je me suis dit que cela pourrait en inspirer certains s’ils sont dans une phase « bon je quitte tout, ou pas?! ». J’ai dressé un petit bilan des avantages et inconvénients entre les 2 villes. Bien sûr ce n’est que mon avis avec mon histoire, mon expérience, mes goûts! Je complèterai avec d’autres domaines: transports, vie nocturne… dans un prochain post!

Vie Sociale: Paris 1/Saint-Nazaire 1

img_1988

Friday night fever à Paris

Mes vendredis à Paris:  On se rejoint où? Ah non, pas encore Place Sainte-Catherine, on est 10 et on a pas réservé! Favela Chic ou Bellevilloise? Oh la la, il est déjà 4h du mat’, qui partage un taxi avec moi?!

Mes vendredis en débarquant à SN: J’espère que Philippe de l’équipe des jaunes va être éliminé lors du prochain conseil. Qu’en penses-tu Charly? (du coup j’ai pris un chien)

Aujourd’hui: Tout est rentré dans l’ordre! Le premier hiver a été long, il a fallu se recréer un cercle amical et soit je suis la fille la plus chanceuse au monde, soit je dois avoir une tête pas trop antipathique mais je suis hyper bien entourée aujourd’hui. Un conseil? Sortez de chez vous! C’est en allant boire un café toute seule que j’ai commencé à sympathiser avec Nathalie qui tient le Pop’Art Café… Et nous allons bientôt nous pacser! (Je plaisante. Si je devais me pacser ce serait avec Anaïs, ma graphiste ;). C’est aussi en allant à une soirée des Web Apéros que j’ai rencontré des copains, copines que je vois régulièrement. C’est également en allant dénouer mes vertèbres (au revoir pudeur) que j’ai rencontré Iris l’ostéo… L’accueil ici est vraiment chaleureux si je compare à Paris, les gens sont assez ouverts et surtout il y a énormément de nouveaux habitants qui ont aussi connu la problématique du « je n’aurai plus jamais d’amis, je vais être obligé de prendre un abonnement Netflix! ». Néanmoins, je pense organiser une soirée consacrée aux nouveaux habitants, qu’en pensez-vous?

Vie professionnelle: Paris: 1/Saint-Nazaire: 1

Mon ancienne vie qui me semble déjà si loin!

Mon ancienne vie

img_8346

Avant/Après

Mon boulot à Paris: La conf’ de rédac a été décalée à 11h, on va encore déjeuner à 15h! J’ai 5 tournages à caler avant la fin de la semaine et j’ai pas commencé! Non, on écrit « balade » et pas « ballade » à moins que tu souhaites lui faire chanter la sérénade à ton intervenant. Qui vient en speak avec moi enregistrer les voix off? 

Mon boulot en arrivant à saint-Nazaire: « Ô temps suspends ton vol…! ». Que voulait donc vraiment dire Lamartine avec ce poème? Charly, un avis sur la question? C’est fou comme sur une même plage, la qualité du sable peut être inégale… Est-ce un héron ou une aigrette que je vois paraître dans le ciel? 

Aujourd’hui:  Ah ça c’est sûr, j’avais probablement une belle carrière qui s’offrait à moi à Paris! En arrivant à Saint-Nazaire, j’ai dû penser à une reconversion. Il s’est égrainé lentement de longs mois avant que tout cela se dessine et prenne forme… Evidemment, j’avais quitté Paris sans avoir planifié mon retour à Saint-Nazaire de ce point de vue là. Du tord d’être parfois trop spontanée :). Tout a fini par se décanter naturellement parce que j’ai toujours été convaincue du potentiel de la ville et qu’il y avait des choses à y développer. Je me suis mise à mon compte en tant que rédactrice,  j’ai créé un réseau de femmes entrepreneures, une marque, j’interviens à droite, à gauche pour raconter mon parcours et j’ai plein d’autres projets en cours. L’important est de se lancer, d’essayer, il y a tellement de choses à créer ici! C’est une véritable aubaine entrepreneuriale ce territoire! Être free-lance n’a évidement pas que des avantages, les mois sont inégaux mais quand c’est le cas je complète avec des boulots alimentaires. C’est sûr, il ne faut pas être snob mais la liberté de faire ce que l’on aime a parfois un prix (petit, le prix en l’occurence).  Je travaille aussi énormément, autant qu’à Paris, depuis 3 mois notamment c’est la folie et quand j’ai un peu de temps libre j’écris sur le blog. Néanmoins revenir à Saint-Nazaire m’a permis de me trouver, professionnellement parlant et de m’épanouir à ce niveau-là.

Ma vie maintenant.

Ma vie maintenant.

Qualité de vie: Paris 0/Saint-Nazaire: 10

img_7916

A Paris: Tu plaisantes, c’est la ligne 13 la pire! Je suis obligée de laisser passer 4 métros avant de parvenir à rentrer dans une rame… En plus y’avait un mec bizarre collé à moi, je préfère me dire qu’il avait un très gros porte-clés dans sa poche… T’as de la chance de vivre si près de ton boulot, 45 minutes c’est rien, le rêve! Quand vous dites 7ème sans ascenseur, c’est à dire? Non monsieur le revendeur de drogue, je ne veux pas de MDMA. J’ai été chercher un citron au Monop’ un samedi midi,  je suis ressortie du magasin il faisait nuit…

A Saint-Nazaire: Loïc, n’oublie pas le rosé pour l’apéro plage! Faire son footing sur le front de mer, ça motive quand même. Mon appart est trop grand, il fait vide du coup. On va à quelle plage? 

Aujourd’hui: J’exagère bien sûr, Saint-Nazaire n’est pas non plus un paradis terrestre et Paris un cauchemar (entre les Ch’tis et les Marseillais, j’ai choisi mon camp) mais je peux quand même vous assurer que nous sommes de sacrés privilégiés. Je sais d’autant plus apprécier ces moments maintenant que je suis revenue, après 10 ans d’une vie très speed. Le rythme n’est pas forcément moins intense ici mais les possibilités de déconnecter, si. Une balade sur la plage, le front de mer, le chemin côtier permet tout de même de clore en toute beauté une journée qui avait mal débuté. Tout est également plus simple, accessible, ce n’est plus la lutte permanente que j’ai pu connaître dans d’autres grandes villes. Ici, si je veux aller voir une expo, je sais que je n’ai pas à réserver mon billet en ligne ou à patienter 3 plombes. Idem pour les petites choses du quotidien: faire ses courses, acheter sa baguette, prendre le bus… Les choses sont fluides, pas besoin d’être sur le qui-vive. Le mode de vie est relax, cool, c’est la slow life! Bémol néanmoins: la livraison à domicile quasi inexistante et les horaires des magasins, tous fermés entre 12h et 14h30 ou presque!

BILAN: Bien sûr, Saint-Nazaire remporte la bataille sinon je serai repartie! 2 ans de recul c’est encore un peu court pour justifier d’une voix assurée « j’ai fait le bon choix ad vitam aeternam » mais je suis contente d’avoir laissé sa chance à Saint-Nazaire parce qu’aujourd’hui elle me donne la mienne 🙂
Nuance tout de même: j’ai adoré vivre à Paris les premières années, j’y ai rencontré mes meilleurs amis, j’ai énormément appris de mes expériences professionnelles, j’y ai vécu des expériences incroyables (je raconterai peut-être un jour ma rencontre avec M.Big de SATC ;)). La lassitude et l’exaspération se sont seulement fait sentir les 2 dernières années. Ado, je n’avais qu’une envie, partir très loin d’ici mais parce que justement je ne connaissais rien d’autre. Après avoir un peu bourlingué, je suis très reconnaissante d’être née à Saint-Nazaire! Partir pour mieux revenir! (c’est pas le titre d’une chanson?)

 

 

Partager cet article :

Autres publications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agnes 24 septembre 16 19:17:49

Merci pour cet article !!! J'ai vécu la même expérience, arrivée à Saint-Nazaire après 7 belles années à Paris. J'adore Paris mais que la vie est belle ici !!! Je suis bien d'accord avec ce "petit temps de réadaptation" mais j'ai eu la chance d'arriver l'année de la canicule (2003 : soleil, chaleur et baignades) et de la naissance de mon fils... Donc tout était chamboulé en fait :-) 13 ans donc que je suis ici, j'y ai créé mon activité, j'ai vu Saint-Nazaire changer et ce n'est que du bonheur.
Depuis toutes ces années, je ne me lasse pas : sincèrement, chaque semaine, je me dis "Quelle chance de vivre ici" !! Mon fils y est né, il y a ses amis, sa plage, son skate park... Il s'éclate. Quelle qualité de vie !
A nouveau, merci pour votre blog et votre page Facebook que je suis avec plaisir.
Au plaisir de vous croiser à Saint-Nazaire-La-Belle !
Agnès

Juliette roux 25 septembre 16 15:00:31

J'aime ce blog !
Il faut plaisir à lire. Saint nazaire c'est ma terre paternel. J'y suis venue régulièrement dans ma jeunesse, voir la famille . J'ai toujours habitee sur Paris et maintenant Bruxelles mais j'ai souvent pensé que j'y serai bien ne !
Je me sens bien à saint nazaire.
Vous qui y vivez enfin et qui partagez vos doutes mais surtout vos plaisirs c'est que du bonheur !
C'est positif !
Vous donnez et communiquez la beauté de saint nazaire et elle en a encore besoin ?
Continuez ce que vous faites. De là où je suis, suivre saint nazaire sous vos yeux, est enthousiasment.
Merci?

Manue 25 septembre 16 22:05:30

Je ne pouvais pas fermer ce billet sans laisser un mot .... Ici aussi retour à St-Nazaire (dont je suis originaire) après 11 ans en région parisienne (dont mon mari est originaire, mais bon, il avait quand même fait ses études à Nantes où nous nous sommes rencontrés ;o) ).
Depuis quatre ans, j'ai appris à redécouvrir la ville de mon enfance, les enfants s'épanouissent et ici c'est "chez eux" ! années collège skate parc, médiathèque et plage avec les copains, que la vie est belle ici ! Monsieur et moi travaillons tous les deux à 4 km de chez nous , que les transports sont courts ici ! sports, footing en bord de mer, musique , théâtre, spectacles, expo au LIFE et grand café, récemment le coup de coeur des pêcheries en lumière, que l'offre est riche ici ! les cercles d'amis se sont constitués naturellement, et pour rien au monde on ne retournerait au stress de la RP, où nous avons, comme vous, vécu il faut le dire de très belles années , mais dont nous sommes partis complètement saturés..........

Sarah 26 septembre 16 18:08:00

Une petite pierre à cette ode en l'honneur de Saint Nazaire. Nous nous sommes installés à Saint Nazaire il y a trois mois, par choix après 12 ans de vie parisienne et 2 ans en Afrique. Je ne peux déboucher sur la place de la mairie et apercevoir la mer, ou bien entendre les mouettes crier depuis mon petit jardin sans me sentir très confortée dans mon choix. Merci beaucoup pour ce blog que je dévore avec plaisir et dont je suis très consciencieusement les idées de sorties.

Sam 06 octobre 16 13:14:12

Ce billet arrive à point nommé, ma femme, mon fils et moi-même nous nous installons dans le quartier de l'Immaculée à la fin du mois, après 11 ans en région parisienne.
A quand une rencontre "Parisiens expatriés" sur St Nazaire ??? :)

Matthieu colombel 13 octobre 16 22:38:28

Ça y est je deviens un de tes lecteurs !
Tu as assuré ce soir :) - Pas de stress et un très beau discours, inspirant et plein de coeur. Je ne sais pas si Saint-Nazaire deviendra le Brooklin français, mais tu pousses les choses dans le bon sens !

À très vite Clémence

Matthieu (Blackmeal)

Paris vs saint-nazaire, partie 2 | la nazairienne 13 novembre 16 10:06:13

[…] un comparatif entre mon ancienne vie à Paris et ma vie actuelle à Saint-Nazaire (à relire ICI). Je vais donc poursuivre sur cette même lancée aujourd’hui avec d’autres axes et […]

Kath. 08 décembre 16 10:51:57

Tout pareil. Après 13 ans de vie trépidante parisienne je suis heureuse d'avoir "atterrie" ici. Le vendredi soir est souvent plus calme, c'est vrai, mais sans regrets, car tout le reste l'est aussi. Et c'est tant mieux. Quant à l’accueil des nazairien(ne), il est inégalable. Pour avoir pas mal bougé en France je peux me permettre de dire qu'il est plus facile de se faire des amis ici que dans beaucoup d'autres villes de taille similaire. Peut-être le côté ville-port!